J’ai perdu un ami

par · mars 19, 2013

Je le savais malade, je l’aidais, mais il est parti alors que je ne m’y attendais pas.

 

Mon cœur est en peine parce qu’une partie de moi semble avoir disparu.

 

J’ai mal et la douleur est semblable à un gouffre sans fond.

 

Pourquoi tout ça !? Pourquoi venir sur Terre pour souffrir et faire souffrir nos proches lors de notre ultime départ ?

 

 

Comment une âme pouvait-elle décider de s’incarner dans un corps alors qu’elle savait d’avance la souffrance que la mort allait engendrer ?

 

J’ai réalisé alors, qu’il fallait vraiment une bonne motivation pour endurer tout ça.

 

Qu’y avait-il de si puissant pour pousser une âme à venir sur terre et à repartir avec parfois tant de difficultés ?

 

Ma tristesse était à présent accompagnée de cette question insensée.

 

Et puis un matin, j’ai pris conscience que c’était LA VIE elle-même qui valait le coup d’être vécue et qui supportait toutes les affres qui allaient avec.

 

Si le début et la fin pouvaient être semés d’embûches et de désespoir, le chemin entre les deux valait la peine d’être vécu.

 

Peu à peu, j’ai retrouvé le sourire parce que désormais, même si j’ai perdu un ami,  je sais qu’il a pleinement vécu sa vie… et j’en ai fait partie.

Rubrique: Leçons de Vie

Titre3 Commentaires

  1. sandrine dit :

    Bonsoir,

    Cette âme avait une mission sur terre, comprendre les erreurs d’une vie antérieure,
    la mission de grandir et devenir encore meilleur.
    Votre échange a été riche et vous l’avez certainement aidé à mieux vivre cette vie.
    Même si lors du départ on se sent perdu, et l’on a tendance à s’enfoncer dans l’obscurité , même si la douleur déchire notre cœur…il faut en effet lever la tête et garder une pensée lumineuse pour l’aider dans son voyage dans l’au de là.
    courage
    sandrine

  2. yassine dit :

    Bonjour,

    Vous le dites vous même, Votre ami n’est pas mort Vlad, il a juste quitté son corps!

Ajoutez un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.