Si l’on m’avait dit qu’il ne suffisait pas d’aimer !

par · mars 24, 2012

Voici un thème complètement délirant ! Le monde entier cherche l’amour. Pourtant, on fait la guerre et on cultive la haine de l’autre.

Je me suis demandé ce qu’était l’amour (il faut du courage pour se poser ce genre de questions). Tout le monde en parle, mais personne ne sait de quoi il s’agit. Mes recherches débouchent sur cette constatation : l’amour apparaît lorsqu’il n’y a plus de peur.

Vous croyez qu’il s’agit d’une nouvelle théorie ? Croyez-moi, il n’y a là rien de plus pratique! Laissez vos peurs se détacher de vous. Ne leur offrez plus d’aspérités sur lesquelles elles puissent s’accrocher. Et derrière les nuages, vous découvrirez le Soleil radieux, qui est, et qui n’a pas besoin de l’homme pour exister.

Analysez une à une vos peurs et annihilez-les. C’est possible! Il faut juste s’en donner la peine. Soyez pour une fois adulte et trouvez comme un grand comment les faire fuir. L’indifférence en est une clé. Même si cela ne se fait pas du jour au lendemain, persévérez. Un jour, elles ne pourront plus s’attacher à vous et vous sentirez – oui, vraiment, vous y goûterez – à cette chose qui coule à travers notre corps et dont la peur nous en sépare.

L’amour apparaît lorsque disparaît la peur.

Elle ne peut pas se résumer à une définition si ce n’est par ce qu’elle n’est pas.

Elle n’est ni ceci, ni cela. Elle est. C’est tout.

Rubrique: Techniques

Titre2 Commentaires

  1. Betty dit :

    La peur ? Quasi permanente et tellement proche que nous ne nous
    rendons même pas compte de sa présence, elle nous a totalement investis et beaucoup de de nos actes sont dictés par elle, notre « caractère » est pour grande partie forgée par elle. Pourquoi tant de peur ? Peur de se perdre, de disparaître, de mourir…. inconsciente bien entendu. Ce n’est qu’en s’asseyant tranquillement pour observer ce qui se passe en soi, l’accepter, que beaucoup de ces tensions se révèlent et rien que ce simple exercice d’observation permet une détente formidable, mais temporaire, le temps de notre état méditatif. Savoir que cet espace existe en nous et que nous pouvons y accéder quand nous le souhaitons est très réconfortant. Plus nous nous y adonnons, plus cet espace naturel se révèlera à nous et prendra le pas sur cette peur non naturel. Mais il faut du temps et de la persévérance, pas toujours facile à caser dans nos vies déjà bien remplies. Mais le jeu en vaut la chandelle. Il faudrait apprendre aux enfants, dès leur plus jeune âge, à entrer ainsi en soi, à s’observer, s’écouter, laisser ces peurs se dénouer toutes seules et ne pas s’y identifier car elles ne sont pas nous. Adultes c’est un peu plus difficile, nos schémas étant déjà bien ancrés…

    Merci de partager avec nous le résultat de vos réflexions. Ca fait du bien !

  2. dalila dit :

    Ca rejoint une phrase que j’ai lu un jour sur une pancarte : « la confiance et seule la confiance mène à l’amour. »
    La confiance pour moi, c’est quand la peur a disparu. Tout se recoupe.
    Merci de cette petite méditation !

Ajoutez un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.