Ceci n’est pas un point d’interrogation !

par · avril 20, 2012

Observez le point d’interrogation. On dirait un bouton qui vient d’exploser ! La membrane percée laisse expulser le noyau central qui tombe à terre.

 

A côté de cela, vous avez le point d’exclamation. La ligne courbe est redressée et pointe droit comme un i. Mais un i à l’envers. Le point d’interrogation est une marque d’interrogation. Le point d’exclamation exprime une réponse, voire un ordre. A toute question, une réponse. ? –> !

 

La question permet d’ouvrir le capot et d’extraire de nos mécanismes obscures nos schémas sur la vie. Mettre à nu nos idées reçues, les ramener en plein jour, les réévaluer puis les corriger, tel est le secret d’une vie riche. De ce travail de remise en question naîtra la sérénité.

 

S’interroger est donc un moyen efficace pour remettre en question et renégocier nos croyances sur la vie. Ces croyances sont naturellement et obligatoirement incomplètes et erronées (lire l’article sur la conscience). Il advient donc de les refondre pour les adapter parfaitement à la réalité.

La question est un outil.  A l’image d’un instrument chirurgical, il dissèque le conscient et permet d’extraire de l’inconscient des schèmes anciens. Certains demanderont à être réajustés pour être en adéquation avec la réalité. Remettez-les au fournil et retravaillez-les.

Bien évidemment, le point d’interrogation doit être tourné vers soi-même. Le doute est bon. Etonnant, n’est-ce pas ? Mais l’erreur est de douter de soi, alors qu’il s’agirait de douter des croyances : celles qu’on a eu en héritage de nos parents et qui font partie de nos bagages familiaux, et celles que nous avons créées par le passé, dans la naïveté de notre enfance.

 

Je ne doute pas de moi, mais de mes sens. Mes perceptions ne peuvent être qu’incomplètes. Ce qu’à perçu mes sens est réducteur et donc erroné. Même si je ne sais pas qui je suis, je sais que ma personnalité ne fait que réagir à des visions tronquées de la réalité, créées par le passé. Il m’appartient de les remettre sur la planche pour les transformer et les mettre en accord avec la réalité du présent.

 

Alors, pensez-vous vraiment que l’on ait dessiné le point d’interrogation par hasard ?

Titre4 Commentaires

  1. Lise Gagnon dit :

    Wlad…merci d’être ce que tu es…je te lisais 🙁 sur Gérard A, et tout comme cette réflexion ? ..tu apportes toujours un point de vue différent, avec un regard nouveau qui oblige gentilment à se regarder et à comprendre que notre perception est la clé et la réponse il suffit de lire en plusieurs points de vues!…bonne journée.Lise

    • Wladislas dit :

      Salut Lise,

      Merci pour ton encouragement. Ca me fait plaisir de te retrouver.

      J’essaie, en effet, de donner toujours plusieurs niveaux de compréhension en peu de mots. J’aime ce langage singulier qui traverse plusieurs plans. Le corps fonctionne de la même manière. On étudie le système sanguin, le système musculaire, le système hormonal, etc. mais en réalité, il y a un tout. Et sa manière de fonctionner dépasse l’entendement, surtout si on le regarde que d’un point de vue.

      J’apprends beaucoup de lui et ce qu’il me montre est merveilleux.

      Pour l’heure, je suis en train de déménager le cabinet, et bientôt, j’aurai un peu plus de temps pour approvisionner ce blog que j’affectionne tout particulièrement. J’aimerai donner aux gens la capacité de se dépasser, de voir un peu sans nos formatages mentaux.

      Je t’invite aussi à lire les articles sur mon autre blog sur la santé. J’ai compris le lien entre les émotions, les pensées, l’histoire et le corps. Je sais comment le corps en arrive à la maladie.

      Si on fouille un peu, on découvre en réalité qu’on sait très peu de chose. Beaucoup de principes sont établis comme vérité, mais en grattant un peu, ils ne sont pas solides.

      Enfin, je termine mon article sur les mécanismes obscures qui mènent du sucre aux maladies dégénératives. Il met en exergue tout cela.

      A bientôt 😉

  2. Amie-Parue dit :

    Bonjour,

    je ne m’en lasse pas de ces posts qui me permettent de réfléchir au lieu de laisser mon esprit ruminer parfois n’importe quoi, sans début, sans fin, sans but.

    MERCI

    • Wladislas dit :

      MERCI

      Votre commentaire est précieux.

      Depuis quelque temps, je n’écris plus, et votre message me réconforte à m’exprimer sans limitation. MERCI

Ajoutez un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.